Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Méchante Reine
avatar
Regina M. Mills
Contes de fées : 88
Crédits : FRIMELDA (sign)
Emploi : Maire
Age du personnage : 33 ans
Avatar : Lana Parrilla

Message Love doesn't stand a chance | Regina Maria Mills ♦ écrit Mar 13 Juin - 16:16
Regina Maria Sarah Mills


♦ Age › 33 ans
♦ Date de Naissance › 1er février 1977
♦ Conte › Blanche Neige
♦ Personnage du conte › Méchante Reine
♦ Métier › Maire
♦ Situation › célibataire
♦ Orientation sexuelle › Bisexuelle
♦ Célébrité empruntée › Lana Parrilla

Regina est très complexe. A la base, c'est sûrement la personne la plus gentil et innocente que vous pourrez jamais rencontrer. Seulement, le temps à fait son œuvre, et aujourd'hui, l'ancienne méchante reine n'est plus que l'ombre de ce qu'elle était. Elle ne se préoccupe que du bonheur d'Henry, et n'hésitera pas à marcher sur tous ceux qui se mettent en travers de son chemin. Quand elle veut quelque chose, elle n'oublie pas son idée de si tôt et n'arrêtera pas sa quête avant de l'avoir achevée. Son statut de Maire provoque une crainte chez les autres. Oui, elle peut parfois se montrer froide, mais elle est toujours partante pour aller boire un verre au bar où pour une simple discussion désintéressé dans la rue.

Une carapace bien construite, mais qui peut être brisée. Celui qui arrivera à passer outre ses murs découvrira une Regina en qui il peut avoir une confiance aveugle. Regina ressent les choses profondément. Si elle vous aime, ce sera jusqu'à la fin de sa vie, et si vous la trahissez, il faudra plus qu'une simple excuse pour regagner sa confiance.
Regina a une cicatrice sur sa lèvre supérieur et un tatouage en plume sur le poignet droit.
Derrière l'écran
♦ Pseudo IRL › Laura / Laulau
♦ Age › 19 ans
♦ Tu rps depuis combien de temps ?  › 8 ou 9 ans, quelque chose comme ça.
♦ Comment as-tu connu le forum ? › bruh
♦ Comme trouves-tu le forum ? › bruh
♦ Qu'est-ce que le staff aime par dessus tout ? › Validé o/
♦ Un dernier mot à dire ? › Evil boooobs
© Rinema


Dernière édition par Regina M. Mills le Mar 20 Juin - 19:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Méchante Reine
avatar
Regina M. Mills
Contes de fées : 88
Crédits : FRIMELDA (sign)
Emploi : Maire
Age du personnage : 33 ans
Avatar : Lana Parrilla

Message Love doesn't stand a chance | Regina Maria Mills ♦ écrit Mar 13 Juin - 16:16
Mon histoire


Dans le monde des Contes
Regina... Elle n'a jamais été aimé. Ou du moins c'est comme cela qu'elle s'est sentit toute sa vie : mal aimée. Sa mère voulait qu'elle soit parfaite, et tout pas de travers de sa part suffisait pour que sa mère la punisse, à l'aide de sa magie le plus souvent. C'est pour cela que la futur reine détestait la magie. Elle s'est promis a seulement cinq ans que jamais elle ne ferais souffrir les autres, encore moins avec de la magie. Elle ne voulait que personne ne se sente comme elle, jamais.

Personne ne devait se sentir aussi pathétique et inutile qu'elle.

Sa mère ne la voyait comme un objet. Quand à son père, il n'était pas forcément mieux. Il lui disait qu'il l'aimait … Mais ne lui a jamais montrer. Toutes ces fois où elle l’appelait à l'aide et où il n'a pas levé un doigt. Elle l'aimait plus fort que tout. Elle aurait aimer qu'il l'aime aussi en retour.


Daniel est arrivé dans sa vie comme la pluie après des mois de canicules : il était espéré, attendu, mais elle avait depuis longtemps perdu espoir qu'il arrive un jour.

Au début, il n'était que son professeur d'équitation, celui que sa mère avait engagé pour lui apprendre à monter comme un dame. Elle préférait monter sans selle et galoper librement dans la forêt, quelque chose qui n'était pas digne d'une princesse, comme lui répétait sans arrêt sa mère. Mais elle s'en fichait. Les cours d'équitation était les seuls moment où sa mère n'avait aucun pouvoir – elle n'allait tout de même pas révéler sa magie devant un simple paysans.

Regina se faisait souvent réprimander en rentrant. Les quelques heures de liberté qu'elle passait aux côtés de Daniel et Rocinante en valait largement la peine.


Et puis, Daniel étant le seul chez elle qui l'écoutait, lui parlait avec amour, lui disait qu'il l'aimait et le lui montrait... Elle tomba amoureuse. En y repensant aujourd'hui, Regina ne sait pas si cette relation les aurait tous les deux mener quelques part. Ce qui est sûr, c'est qu'elle aurait aimé essayer.

En attendant, à l'époque, son amour pour lui lui paraissait plus que vrai, plus que sincère. Et son amour pour elle était tout ce dont elle avait toujours rêvé.

Seulement, de son côté, sa mère avait déjà des projets pour elle. Un jour qu'elle était avec Daniel, une jeune fille sur un cheval appela a l'aide. Gentille comme elle l'était, Regina a aidé cette fille, lui empêchant de se faire piétiner par le cheval fou. Le soir même, un roi la demandait en mariage, et avant que je la jeune fille puisse comprendre ce qu'il se passait, sa mère avait accepté.


C'était un secret que Blanche ne devait jamais révélé : elle et Daniel allait s'enfuir et se marier. Mais cette petite peste ne pouvait pas garder ses lèvres fermées.


Il était tard, le mariage avait lieu à la fin de la semaine, et Daniel et Regina se préparait à partir. Regina cru vraiment que Cora la laisserait l'épouser. Pendant une seconde, le regard de sa mère était celui de toute mère qui aime son enfant et veut son bonheur. Et la seconde d'après, sans que Regina ne puisse réagir, le cœur de son fiancé se trouvait dans la main de sa mère, se faisait lentement écrasé. Cora avait la main remplie de poussière avant que Regina ne dise un seul mot.

Elle ne pouvait pas dire à Blanche que Daniel était mort. « Il s'est enfuit. » fut la seule explication qu'elle lui donna. Lui aurait-elle dit, plus tôt dans la conversation, qu'elle était la raison de ce drame, Regina n'aurait pas hésiter une seconde à lui cracher toute la vérité au visage.


Daniel était mort, et c'était cette vielle ordure qui avait aujourd'hui un soit disant honneur à devenir son mari. Regina avait juste envie de vomir. Ou de mourir, elle ne savait pas quelle envie était la plus forte.

Leopold ne jurais que par sa tendre et bien aimé fille. Il n'avait que faire de Regina. Elle était là pour s'occuper de Blanche, et tant que cette dernière était comblé, alors lui aussi le serais. Ou presque.

Regina ne savait plus que faire. Elle se sentait comme un veuve. Détruite. Ressassant sans cesse ces quelques minutes de bonheur pure suivit d'un moment qu'elle n'oublierait jamais. Parfois, dans ses rêves, elle entendait quelqu'un crier. Un crie qui lui brisait un peu plus le cœur à chaque fois. Elle n'arrivait même plus à savoir si elle avait crier, où si elle avait seulement penser le faire.

Elle devait se changer les idées. Et c'est en marchant vers son mari que l'idée lui vint. La vengeance. Elle allait venger la mort de son bien aimé.

Blanche-Neige allait payer.


Les mois qui suivirent – ou plutôt les années – se passèrent sans qu'elle en ai conscience. Comme si elle vivait dans un brouillard qui lui empêchait de voir où elle allait, l'obligeant à se mettre en auto-pilote pour éviter de tomber. Elle se souvenait qu'elle avait presque ramené Daniel. Elle se souvenait qu'elle avait appris la magie. Qu'elle avait envoyé sa mère à travers un miroir. Qu'elle avait arraché son premier cœur. Écrasé son premier cœur. Tuée sa première personne. Chaque pas qu'elle faisait l’entraînait un peu plus vers le fond de cette spirale infernale. Elle avait l'impression d'être folle – et après tout, sûrement qu'elle était.


Elle cherchait les meilleurs enseignant qu'elle pouvait trouver. Rumpelstiltskin. Maléfique. Tous ceux qui voulait bien lui apprendre la magie était accueilli. Il fallait qu'elle en sache le plus possible pour pouvoir faire souffrir Blanche... Et son plan commençait maintenant.

Il fallait déjà qu'elle se débarrasse de Léopold. Même dans un monde où elle ne voudrait pas faire de mal à Blanche Neige, ce salopard méritait de mourir. Après tout ce qu'il lui avait fait … Même le pire des royaumes ne méritait pas cette excuse d'homme comme souverain.

Pendant quelques jours, on arriva à la persuader que la vengeance n'était pas obligatoire. Qu'elle pouvait vivre heureux sans. Cette... Clochette, cette fée , lui a montrer un homme, celui qui était censé être son âme sœur. Mais... Tout abandonné ? Partir ? Oui, avec Daniel, cela semblait être une bonne idée. Mais elle connaissait Daniel. Elle n'avait jamais rencontré cet homme tatoué. Et le rencontrer changerait toute sa vie.  Non, elle avait un plan, et il fallait qu'elle s'y tienne. Ce plan, c'est tout ce qui lui restait.

Leopold fut le premier à y passer. Regina en ressortit avec un nouveau miroir très utile.


Elle s'en sortait parfaitement bien avec la magie désormais. Elle n'avait plus besoin de Rumpelstiltskin, ni de qui que ce soit. C'était au tour de Blanche de partir désormais. Elle engagea l'homme parfait pour le sale travail – ou du moins c'est ce qu'elle croyait. Il n'avait aucun cœur, du moins pas pour les humains. Alors il n'y avait aucune raison qu'il l'épargne.

Et pourtant c'est les mains vide qu'il est revenu. Elle enrageait. Pendant une seconde - une fraction de seconde, si petite qu'elle crue la rêver – elle se dit que c'était sa chance de tout arrêter. De faire comme si rien de toute cela ne s'était passé. Après tout, quand elle arrivait à oublier qu'elle avait détruit sa vie, elle aimait bien Blanche-Neige.

Et la seconde d'après, sans qu'elle ne sache trop comment cela c'était passé, elle avait le cœur du chasseur dans la main. Et la seule chose qui faisait sens suite à cela était de l'embrasser.

Qu'est-ce qu'elle détestait sa vie. Qu'est-ce qu'elle se détestait.


Elle passa les mois qui suivirent à chasser Blanche. Pendant que ses gardes parcouraient les forêts, Regina gérait son royaume avec une facilité étonnante. Tout le monde la détestait, tout le monde voulait que Blanche-Neige revienne, mais en attendant, personne ne mourrait de faim, et personne n'avait besoin de mourir à la guerre puisque Regina gardait les ennemies à distances.

Et puis, elle eu une idée. Ou peut-être que c'était l'idée de Rumpelstiltskin, elle ne se souvient plus très bien. Elle allait trouver Blanche, d'une manière on ne peut plus simple : elle allait se déguiser en paysanne. Ou plutôt se métamorphoser.

Mais tout ne se passa pas comme prévu. Elle vu sauvé par Blanche-Neige, qui lui permit d'échapper à un exécution par les même gardes qu'elle avait engagé. Blanche-Neige s'occupa d'elle pendant qu'elle était blessée.

Regina arriva à lui soutirer des informations sur la reine. Blanche l'aimait toujours. Elle était sa seconde mère après tout. Et au fil des jours, Regina se dit qu'elle aussi, elle pourrait aimer Blanche-Neige. Surtout maintenant que l'enfant n'était plus une petite peste. Oui, elle pourrait lui pardonner ses erreurs et régner avec elle sur le royaume.


C'était sans compter sur le village qu'elle avait terrassé, tuant tous ses habitants, enfant comme adultes, parce qu'il ne voulait pas lui livrer la bandit.

En voyant cela, Blanche-Neige changea d'avis. Elle ne pourrait jamais pardonner à Regina. Alors la reine se remit dans le personnage et jura de nouveau qu'elle détruirait sa vie. C'est de justesse qu'elle a empêché de se prendre une flèche de l'arc de Blanche en plein dans le cœur.

Que la spirale infernale continue.


Sa mère est venue la voir. Elle ne savait pas vraiment comment, quand ni pourquoi. Elle sait juste que ce jour là, elle a fait la plus grosse erreur de sa vie.

Cora l'a piégée en lui faisant croire que son âme sœur était là. Ce n'a pas été bien compliqué pour Regina de se rendre compte que le tatouage de lion était créer par la magie. Sa mère voulait qu'elle ait un enfant ? Eh bien elle n'aurait pas cette chance.

Quand la douleur lui eu déchirée les entrailles, lui donnant l'impression qu'elle allait mourir, Regina sus qu'elle n'aurait jamais du boire cette potion. Maintenant, elle n'aurait jamais d'enfants. Et c'était par sa faute.


Son père avait disparus. Il semblerait que sa mère l'ait emmené sur le chemin du retour pour le pays des merveilles.

Regina se souvint d'un chapelier, Jefferson. Il avait fait partit de ceux qui lui avaient donné de faux espoir, lui faisant croire que Daniel pourrait revivre. Alors oui, elle le détestait, sûrement presque autant qu'elle détestait Blanche-Neige. Mais elle avait besoin de se rendre au pays des merveilles.

L'abandonner la bas alors que sa fille l'attendais tandis que Regina récupérait son père en valait la peine. Et puis, Jefferson n'était vraiment pas un père. Paige méritait mieux. Elle rendait service à tout le monde.


Et puis … Blanche-Neige a fini par la capturer. Qu'est-ce que Regina était stupide. Un piège comme celui ci n'aurait pas attraper le plus idiot des lapins, et elle était tombé dedans.

Elle aurait aimé mourir à ce moment là. Quand Blanche-Neige a demandé qu'on arrête ces flèches, elle l'a détesté un peu plus. Bon sang, si elle avait dit qu'elle ne regrettait rien, ce n'était pas pour qu'on la sauve, mais plutôt pour que ces flèches la transpercent de toute part. Elle voulait mourir. Elle n'avait rien à vivre.

Mais non. Elle était vivante, dans cette cellule. Alors quand Blanche lui a donné la possibilité de la tuer, elle l'a prise. A planté le poignard dans son ventre. Malheureusement, pour une fois, Blanche ne s'était pas montrer aussi stupide qu'à son habitude. Et Regina se retrouva seule, avec pour seul compagnie son père qui, elle le savait, avait une peur bleu d'elle.


« Tu ne peux pas la blesser … Dans ce monde ! »
C'est cette phrase qui a mit en route son nouveau plan. Le sort noir était juste ce qu'il lui fallait. Elle l'avait donné à Maléfique, elle ne savait même plus pourquoi. Elle allait le reprendre, pas de soucis de ce côté là.

Il lui fallait juste les bons ingrédient.

Le sort noir était lancé. Les Charmant allaient payer


Pendant la malédiction
Regina est née un 21 février. Elle est la fille du deuxième mariage de Cora Mills, anciennement épouse de Mr Stein avec qui elle a déjà eu une fille nommée Zelena. Les deux sœurs ne s’entendent pas, mais ce n’est pas une surprise puisqu’entre Cora et Regina ce n’est pas le grand amour non plus. Regina ne s’entend bien qu’avec son père, Henry.

Cora est une mère … Strict. Voir plus. Rien de ce que fait Regina n’est assez bien, et la petite passe ses journées punies. Les fessées, c’est son lot quotidien, jusqu’à ce qu’elle devienne ado et que cela se transforme en claque. Pourtant, la jeune fille fait de son mieux. Mais Zelena est toujours meilleurs qu’elle. D’ailleurs, cette dernière ne l’aime pas le moins du monde, alors que Regina n’aimerait qu’une chose, être avec sa sœur comme elle serait avec sa meilleur amie, si elle en avait une.

C’est au lycée qu’elle rencontre Daniel. Daniel, c’est l’amour de sa vie. Vraiment. Elle l’aime plus que tout au monde. Bien sûr, Cora ne le trouve pas assez bien, mais Regina s’en fiche. Il a dix-neuf et elle dix-huit ans quand il la demande en mariage. Dès qu’ils atteignent tous les deux les vingt-et-un ans, ils se marient. Regina quitte le domicile familiale, pour son plus grand plaisir, et perd tout contact avec sa mère et sa sœur, ne continuant à parler qu’à son père qui est le seul à prendre de ses nouvelles. Celui-ci lui prête assez d’argent pour que le couple s’offre un beau manoir.

Daniel travail à l’écurie et Regina devient la maire de la ville grâce à Cora. Très vites, ils rêvent tous les deux de fonder une famille.  Malheureusement, après un an à essayer, les médecins annoncent à Regina qu’elle est stérile et qu’elle ne pourra jamais avoir d’enfant. Soit ! La jeune femme ne se laisse pas abattre et le couple se lance dans une fastidieuse démarche d’adoption. Mais un deuxième coup de malchance les frappes quand on découvre une maladie cardiaque à Daniel. Il meurt quelques jours après que le petit Henry soit arrivé chez eux.

Henry Daniel Junior Mills est la meilleure chose qui ne lui soit jamais arrivé avec Daniel. Elle prend soin de lui comme personne, il est son trésor, son petit prince. C’est lors des débuts difficile en tant que mère et en tant que veuve, que Regina fait la connaissance de Mary-Margaret, une femme au tempérament posé presque niais, mais gentille comme pas deux. Les deux femmes s’entendent vite à merveille et se voit désormais très régulièrement.

Henry grandit, grandit, encore et encore. Jusqu’à ses huit ans environ, tout se passait bien. Puis le petit a commencé à déprimer, à traiter Regina de méchante reine et à l’accuser d’avoir lancé une malédiction qui piégerait tout le monde ici. Essayant de l’aider, Regina l’envoi chez Archie, le psychologue de la ville, mais tout ne fait qu’empirer. Jusqu’à jour où Henry disparait un matin, ne revenant que dans la nuit, accompagnée de nul autre que sa mère biologique …

© Rinema

__________________________



Today is the tomorrow we worried about yesterday.
Revenir en haut Aller en bas
Love doesn't stand a chance | Regina Maria Mills
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Regina Maria Mills
» Regina Maria Mills
» Regina Mills
» Parfois, une oreille attentive, ça aide ! [PV Regina Mills]
» Regina Mills

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon A RPG :: Once Upon A Time :: Prologue :: Et ils vécurent heureux...-
Sauter vers: